Vinaigre

Le vinaigre est un liquide acide, obtenu grâce à l'oxydation de l'éthanol dans le vin, le cidre, la bière et autres boissons fermentées.



Catégories :

Acide carboxylique - Condiment

Recherche sur Google Images :


Source image : 165734.aceboard.net
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Définitions :

  • Vin aigri par la production spontanée ou génèrée de l'acide acétique et qui s'emploie en particulier comme condiment; Liquide analogue obtenu... (source : fr.wiktionary)
  • Le vinaigre est produit à partir d'une trop grande macération du vin. Afin d'éviter qu'un vin tourne au vinaigre, on y ajoute du bioxyde de souffre. (source : kelrestaurant)
  • nm - Liquide condimentaire obtenu par une fermentation qui transforme en acide acétique l'alcool d'un vin ou d'une solution alcoolisée. Les degrés affichés sur les bouteilles n'indiquent pas la teneur en alcool, mais le degré d'acidité.... (source : laguildeculinaire)
Bouteilles de vinaigre contenant de l'origan

Le vinaigre est un liquide acide (pH le plus souvent compris entre 2 et 3), obtenu grâce à l'oxydation de l'éthanol dans le vin, le cidre, la bière et autres boissons fermentées. Le vinaigre commun comporte une concentration d'environ 5 % à 8 % d'acide acétique. L'acide tartrique et l'acide citrique se retrouvent, en plus faibles concentrations, dans les vinaigres naturels.

Le mot «vinaigre» provient du mot composé «vin aigre». Les vins en fût sont spécifiquement vulnérables aux attaques de la bactérie acétique Acetobacter suboxydans si l'ouillage ou le remplissage du fût est insuffisant ou s'il atteint des températures trop élevées.

C'est Christiaan Hendrik Persoon qui attribua en 1822 l'intervention d'Acetobacter suboxydans, qu'il nomma à l'origine Mycoderma aceti, au phénomène d'oxydation de l'alcool qui résulte de l'acétification.

Il est envisageable d'obtenir du vinaigre en ajoutant de la mère de vinaigre au vin ou au cidre. En 1864, Louis Pasteur définit la fermentation acétique avec la formule :

C2H5OH + O2 ←→ C2H4O2 + H2O + 348 kJ

Le vinaigre en cuisine

Le vinaigre joue un rôle particulièrement important dans la cuisine depuis des temps immémoriaux. Car au delà de la confection de vinaigrettes et de marinades et l'usage condimentaire, ses qualités antiseptiques étaient particulièrement utiles avant la naissance des réfrigérateurs pour la conservation des aliments.

Le vinaigre de vin contient de l'acétylméthylcarbinol (acétoïne) (CH3-CO-CHOH-CH3), constitué au cours de la fermentation alcoolique. Il est présent dans les vins à des doses moyennes de 10 mg/l et variant de 2 à 18 mg/l. En réalité, il provient de l'oxydation enzymatique du butane-2, 3-diol.

Usages non alimentaires

Le vinaigre, comme l'eau oxygénée, est utilisé dans l'industrie de l'alimentation du bétail pour tuer les bactéries et les virus avant la réfrigération. Une solution d'acide peracétique, obtenue à partir d'un mélange d'environ 5 % d'acide acétique avec à peu près 3 % de peroxyde d'hydrogène, est utilisée en aérosol dans certains pays asiatiques pour contrôler les pneumonies. En Chine, le vinaigre est un remède populaire contre plusieurs types de pneumonie, telle la pneumonie atypique, lutte anti odeur de tabac.

Comme le vinaigre est une source d'acide acétique (dilué) particulièrement courante, il est utilisé dans énormément de recettes ou d'astuces domestiques où un acide est nécessaire : détartrage, neutralisation d'une solution basique, nettoyage de certaines taches, etc. Son utilisation parapharmaceutique doit cependant être menée avec précaution.

Jadis, le vinaigre était essentiellement utilisé pour ses propriétés antiseptiques. La légende veut qu'Antoine Maille ait enrayé la Grande Peste de 1720 à Marseille avec son «vinaigre des quatre voleurs». Il préconisait alors d'en avaler une cuillère à café diluée dans un verre d'eau à jeun et de se frotter les tempes et le creux de la main avec. Quant à son fils, le fondateur de la marque Maille, il s'est fait connaître des plus grandes cours européennes avec ses vinaigres pour les cheveux, les boutons, la voix, les vapeurs, les bains. À la même époque, on utilisait aussi le vinaigre pour purifier l'eau de la Seine avant de la boire ou bien pour étancher sa soif.

Fabrication domestique

C'est historiquement la première forme de fabrication. Dans chaque famille ayant à disposition des restes de boissons alcoolisées, du vin dans la majorité des régions, on fabriquait son vinaigre dans un récipient réservé à cet usage, le vinaigrier.

Le vinaigrier est soit un petit fût, soit un pot de grès, l'un comme l'autre pourvus d'un orifice en haut pour verser le liquide et d'un robinet en bas pour soutirer le vinaigre. On le place dans un local normalement chauffé, la cuisine par exemple, à un lieu où on ne le bougera plus. Pour commencer à faire son vinaigre, il y a deux méthodes. On peut soit se procurer (auprès d'un ami) un morceau de «mère», champignon parasite qui se forme au cours de la fermentation du vin, ou soit attendre que celle-ci se forme. Dans ce cas, on verse du bon vin dans le vinaigrier, puis on dépose en surface la «mère», puis on referme en laissant passer de l'air et on patiente de 4 à 6 semaines. Mais toujours mieux, sans utiliser de mère, on verse dans le vinaigrier 2/3 de bon vin, entre 8° et 10° pas plus, et 1/3 d'excellent vieux vinaigre, puis on couvre.

En quelques jours, un voile fin et blanchâtre se formera à la surface du liquide. Ce voile sur la surface du vinaigre est constitué par une bactérie, un acétobacter d'un millième de millimètre transportée par les poussières de l'air. Louis Pasteur appelle cette bactérie Mycoderma aceti, car il croit être en présence d'un champignon. Cette dernière a besoin d'oxygène pour vivre et transforme l'alcool du vin en acide acétique, en vin-aigre (littéralement). C'est cette bactérie qui forme la pellicule à la surface du vinaigre. Celle ci ne doit pas épaissir trop au risque de déposer au fond du vinaigrier.

Au bout de deux mois, on commence à soutirer son vinaigre, en petites quantités, en rajoutant aussitot dans le vinaigrier une quantité équivalente de vin en prenant soin de ne pas abîmer ni immerger le voile. Les meilleurs vins donnent les meilleurs vinaigres et vous utiliserez vos fonds de bouteilles.

Fabrication

Le vinaigre est certainement connu et fabriqué depuis l'antiquité. Avant Pasteur, deux grands types de procédés existaient :

La méthode dite «allemande» (Vinaigre d'alcool)

Le vinaigrier arrose d'un mélange d'alcool et de quelques millièmes d'acide acétique des copeaux de hêtre positionnés dans un tonneau. Ce mélange s'écoule vers le bas tandis qu'on a fait circuler un courant d'air dans le tonneau de bas en haut. Le vinaigre se forme et est récupéré dans le bas du tonneau. L'ensemencement des copeaux était assuré par une mouche spécifique ; la mouche du vinaigre ou Drosophilla cellaris .

La méthode d'Orléans (Vinaigre de vin)

Le nom de cette méthode vient du fait qu'Orléans a longtemps été la capitale française du vinaigre. La Corporation des vinaigriers, buffetiers, sauciers et moutardiers d'Orléans y a été fondée en 1394 et reconnue officiellement par le roi de France en 1594.

Au XVIIIe siècle, la ville comptait pas moins de 300 producteurs. Les vinaigriers utilisaient de grands tonneaux couchés à l'horizontale ainsi qu'aux 3/4 vides, contenant un mélange de vin et de vinaigre. Ce mélange était progressivement complété avec du vin, puis lorsqu'il s'acidifiait, on en prélevait une partie qu'on remplaçait par du vin. Le tonneau était en permanence ouvert et ventilé. À la surface du liquide se formait une «mère à vinaigre».

Aujourd'hui, seule la société Martin Pouret, fondée en 1797, continue à produire un vinaigre élaboré selon la méthode respectant les traditions dite «méthode d'Orléans» (à partir de vins de Loire ou du Sud-ouest ). Il est vieilli à l'abri de la lumière dans des barriques de 240 litres, à une température de 28 degrés. Durant trois semaines, la bactérie produit 50 litres de vinaigre sous la surface, qui sont alors soutirés et remplacés par la même quantité de vin. Ce producteur serait le premier à avoir eu l'idée de parfumer le vinaigre avec des herbes et aromates, comme l'estragon.

Quand on qualifie un vin de table de «vin d'Orléans», c'est un clin d'œil au vinaigre d'Orléans et une manière de dire qu'un vin est imbuvable.

Depuis Pasteur

Pasteur a montré que la «mère à vinaigre» était constituée de la bactérie Mycoderma aceti , responsable du phénomène d'acétification. Pasteur a montré que ce microbe se développait particulièrement vite. Déposé en quantité illimitétésimale sur une surface de 1 m², il forme un biofilm (voile microbien continu ; de 0, 5 g/m² à l'état sec) en 24 heures (à 20 °C et dans les conditions normales de pression). On a estimé qu'une seule bactérie pouvait acétifier en 48 heures 10 000 fois son propre poids d'alcool ou vin, à condition de disposer d'une grande quantité d'oxygène (ou d'un accepteur d'hydrogène (ex : Bleu de méthylène). La mise en culture, rationalisée, de cette bactérie a permis d'accélérer la fermentation naturelle : le processus qui nécessitait jadis au moins trois semaines, a été optimisé par l'industrie. Le vinaigrier peut désormais produire d'énormes quantités de vinaigre en moins de 24 heures.

Après Pasteur, d'autres chercheurs (Hansen, E. Duclaux, Henneberg.. ) ont montré qu'il existait de très nombreuses bactéries acétifiantes, produisant des «mères» de qualité différentes (voiles muqueux, secs, striés, lisse... )

Vinaigres aromatisés et vinaigres balsamiques

Le vinaigre balsamique (aceto balsamico) est venant de Modène, au nord de l'Italie. Ce «vinaigre» à saveur aigre-douce, c'est-à-dire peu acide, n'en est , à vrai dire, pas vraiment un car il est confectionné non à partir de vin, mais de jus de raisin. Beaucoup commercialisé que depuis quelques années, les gourmets ne jurent actuellement que par lui. Le «vrai», vieilli pendant 20 ans en fûts de bois, est rare et particulièrement cher. Les vignerons le produisent à partir de moût de raisins sucrés, gorgés de soleil et de sucre. Le vinaigre passe en tonnelets de plus en plus petits et de bois différents (chêne, châtaignier, cerisier, frêne, mûrier... ). Plus le vinaigre se concentre, plus les sucs et les arômes se développent, plus l'acidité diminue. Plus on attend, plus il se bonifie et prend une saveur sucrée et un teint sombre. Le mœlleux de cet élixir de couleur caramel s'associe à une légère acidité boisée.

Le vinaigre balsamique qu'on trouve dans le commerce est généralement âgé de 3 à 5 ans et possède quand même un arôme puissant. Le vinaigre balsamique a une saveur aigre-douce qui parfume autant les salades que certains plats cuits, ou même des desserts (sur des fraises). Son prix fluctue selon l'âge et la qualité de la fabrication.

Une entreprise artisanale charentaise, la Vinaigrerie du Château, a adapté cette méthode au terroir du cognaçais (à partir du même cépage que le vinaigre balsamique de Modène), donnant naissance à un produit bien connu au niveau régional, le Baume de Bouteville, vielli 3 ou 5 ans en fûts de chêne ayant conservé du Cognac.

Très à la mode aussi, le vinaigre de xérès ou de Jerez (en Espagne), puissant et parfumé. Il s'utilise en cuisine comme un bon vin.

Sur les tablettes des commerces, on trouve actuellement toutes sortes de vinaigres : de vin, de cidre, de riz, de malt, à l'ail, à l'estragon, à la framboise... mais sachez qu'il est toujours préférable de choisir un vinaigre de type artisanal, même s'il est légèrement plus cher. Vous pouvez aussi aromatiser vous-même votre vinaigre en y ajoutant les herbes de votre choix, de l'oignon ou de l'ail. Laissez macérer quelques jours avant de l'utiliser.

Le vinaigre de miel

Le vinaigre de miel est un vinaigre fabriqué seulement avec de l'eau et du miel. C'est un vinaigre doux dont l'acidité ne dépasse pas 5°. Sa fabrication domestique se fait dans un vinaigrier en grès soit à partir d'hydromel, soit de miel étendu d'eau (500 grammes pour 3 litres d'eau) auquel on ajoute une mère à vinaigre et qu'on laisse reposer dans une pièce chaude, comme la cuisine.

Le Melfor

Le Melfor est un vinaigre d'alcool assez doux aromatisé au miel ainsi qu'aux plantes. Produit par la société Higy à Mulhouse, il est particulièrement utilisé en Alsace et en Moselle pour assaisonner les salades et les crudités[4].

Le vinaigre dans la pharmacie actuellement

Le vinaigre pourrait prévenir la naissance d'otites. Les bactéries[5] responsables de cette infection de l'oreille sont le pneumocoque, l'Hæmophilus influenzæ et la Moraxella catarrhalis. Dans les faits, la composition chimique du vinaigre n'aurait aucun effet destructif sur les bactéries elles-mêmes mais jouerait un rôle de répulsif.

Notes et références

  1. Article 11 de la loi du 24 décembre 1934.
  2. En raison d'«habitudes locales historiques» entérinées par le droit local d'Alsace-Moselle.
  3. Le décret n°2005-553 du 19 mai 2005 surtout a Décret n° 88-1207 du 30 décembre 1988 amendé par celui n° 2005-553 du 19 mai 2005.
  4. Jusqu'à il y a peu, la vente de vinaigre d'alcool à moins de 6 ° n'était autorisée en France qu'en Alsace et en Moselle malgré l'absence de prohobition partout ailleurs en Europe.
  5. Le dico des maux et maladies.

Bibliographie

Voir aussi

Liens externes


Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Vinaigre.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 19/05/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu